Les tisanes d’Anaïs

Les mains dans les plantes, les plantes dans la tête, la tête dans les rêves

Anaïs Kerhoas, la trentaine, installée à Sains dans le nord de l’Ille-et-Vilaine, produit des plantes aromatiques en agriculture biologique pour en confectionner des tisanes. Si aujourd’hui la jeune femme vit de son activité, ce n’est pas moins un parcours de combattante qu’elle a dû entamer avant d’arriver aux Tisanes d’Anaïs, comme en témoigne le film documentaire de Marion Gervais Anaïs s’en va-t-en guerre.

J’ai rencontré Anaïs en septembre 2016. Énergie de feu, volonté, questionnements, authenticité, sensibilité, tels sont les mots qui me viennent à l’heure de parler d’elle.

Anais_BR

Désherbage au soleil

Coup de cœur pour les plantes

Quand fille de la ville devint fille des champs.

Ado, c’est en se rendant chez son père qui venait d’emménager dans une maison avec jardin aux abords de Saint-Malo, qu’Anaïs découvre le vaste univers des plantes et du jardinage. La délicatesse et la beauté des fleurs, les couleurs et les saveurs de la vie.

Elle s’est ensuite passionnée pour les huiles essentielles et leurs pouvoirs magiques. Suite à des expériences diverses qu’une jeune fille de 18 ans peut parcourir à cet âge, à savoir études et voyage initiatique, Anaïs suit une formation en herboristerie pendant 2 ans. Gérard Bensoussan, producteur de plantes près de Quimper, l’accueille lors d’un stage de 15 jours et c’est alors qu’Anaïs réalise qu’elle préfère la partie agricole des plantes aux conseils pharmaceutiques. La motivation part en flèche, le rêve de faire découvrir des utilisations ancestrales des plantes brille dans ses yeux : elle décide de s’installer et de partager ces petits trésors de tisanes.

Coup de main des amis

Gérard l’encourage. Sa famille la soutient malgré leur étonnement. Un ami de son père est prêt à lui revendre ses terres.

A l’issu de la formation agricole de maraîchage et des stages pratiques chez Christophe et Sophie, les maraîchers bio et grands amis d’à côté (Pleine-Fougères), Anaïs s’installe. On est alors fin 2012. Ensemble, ils ont réussi à lui trouver une maison à louer avec un champ, à construire un séchoir dans une caravane et une serre pour la pépinière.

Malgré le soutien des ses amis, Anaïs a dû se confronter à un parcours de combattante pour acquérir des terres et être prise au sérieux.

Aujourd’hui, elle bénéficie d’un champ d’1,4 hectares avec « de la bonne terre » et de grands bâtiments permettant le séchage, le tri, l’ensachage, l’administratif.

Anaïs cultive une cinquantaine de plantes, des sauvages, des annuelles, des vivaces, et vend ses tisanes en vente directe principalement.

Son champ de bataille s’est fait connaître grâce au film documentaire Anaïs s’en va-t-en guerre de Marion Gervais ; elle a obtenu la sollicitude du chef cuisinier cancalais Olivier Roellinger. Pour autant, elle garde les pieds bien ancrés et cherche à assurer ses points de vente une fois que l’effet « film » diminuera. Et ne souhaite pas vendre là où ses collègues tisanières, à l’instar de Sophie Persehais, distribuent déjà.

Coup de gueule

Lors de cet après-midi d’entretien et de confidence, Anaïs manifeste de la colère et ne mâche pas ses mots ! Les principaux inculpés : les agriculteurs conventionnels – « des vrais fach… arriérés » – qui ne sont jamais sortis de leur ferme et qui continuent à faire la même chose en se mentant à eux-mêmes, en croyant que ce qu’ils font c’est bien alors qu’ils polluent. Il faut qu’ils atterrissent et descendent de leur tracteur ».

Puis la chambre d’agriculture qui « décourage sans même savoir ce que les gens sont capables de réaliser ».

Puis le système. Anaïs revendique avoir une style de vie « sobriété heureuse ». Son but n’est pas de gagner beaucoup d’argent. En revanche, « ce n’est pas normal de ne pas pouvoir gagner l’équivalent d’un SMIC à bien plus de 35 heures semaine alors qu’on nourrit la planète », elle compare ce système à de l’esclavagisme moderne.

Puis aussi contre les mouvements à la mode, à l’instar du véganisme ou de la permaculture, portés par des gens qui veulent révolutionner l’agriculture et qui n’ont cependant jamais mis de bottes ni travailler la terre. Les « écolos intégristes desservent les agriculteurs également car ils jugent vite. Anaïs s’avoue très vigilante face au prosélytisme. Un petit sourire au coin, elle avoue qu’elle critique mais qu’au moins, « ces gens-là se posent des questions… » Elle reprend l’idée de la légende du colibri : « montrer par l’exemple ».

Et la vie de femme dans tout ça !

Anaïs ne se sent pas moins féminine d’être dans un champ. Il est vrai qu’elle a beaucoup moins de temps pour s’occuper d’elle ni pour d’autres activités mais aujourd’hui elle fait un peu plus attention et se permet parfois des petits plaisirs : bains, lectures…

Quand elle prend du temps pour elle, elle se sent complètement désemparée… Elle remarque que c’est difficile aussi de prendre soin d’un couple quand de nombreuses préoccupations liées à son activité agricole se cognent dans sa tête. Se pose ici la question de la gestion du stress et de la fatigue.

Quant aux conditions de travail, elle admet que « si un jour j’attends un bébé, je n’ai pas de congé maternité ni personne pour me remplacer ». Et la séparation « boulot / travail » n’est pas si simple… elle habite où elle travaille.


Pour en savoir + sur elle :

Son site internet : Les tisanes d’Anaïs

Le film documentaire de Marion Gervais : Anaïs s’en va-t-en guerre

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s